Les rôles du métallurgiste dans les cérémonies religieuses de l'Anatolie hittite

Research and publications on Proto-Indo-European and Indo-European society, culture, and religion or myths. Anthropological questions asked with a combination of Linguistics and Archaeology.
Post Reply
cquiles
Posts: 151
Joined: Wed May 17, 2006 10:31 am
Contact:

Les rôles du métallurgiste dans les cérémonies religieuses de l'Anatolie hittite

Post by cquiles » Sat Aug 12, 2017 3:47 pm

Les rôles du métallurgiste dans les cérémonies religieuses de l'Anatolie hittite, by Alice Mouton (2012)

https://www.academia.edu/2318097/Les_r% ... ie_hittite

Conclusions:
Dans le contexte des fêtes religieuses d’origine hattie, les métallurgistes ne sont jamais expressément mentionnés en relation directe avec la confection d’une effigie divine. À l’inverse, le corpus religieux kizzuwatnien montre que les métallurgistes participent à la naissance symbolique d’une nouvelle divinité par la fabrication du corps métallique de celle-ci. Dans les deux corpus (hatto-hittite et kizzuwatnien), les métallurgistes n’interviennent que ponctuellement et en tant que techniciens du métal. Il y a tout lieu de penser que la majorité – voire l’ensemble – des métallurgistes mentionnés dans nos textes sont au service d’un temple en particulier. Plusieurs tablettes montrent clairement que ce corps de métier est représenté au sein des institutions religieuses, et il paraît par conséquent logique ce soit ces métallurgistes-là que l’on sollicite en premier à l’occasion d’une célébration cultuelle. Le rituel d’Allaiturahhi, en revanche, indique qu’il est parfois possible de se fournir en métal précieux auprès d’un métallurgiste « indépendant », mais dans ce cas celui-ci ne participe en rien à la cérémonie religieuse.

Enfin, il faut remarquer la présence, dans plusieurs fêtes cultuelles provenant de la sphère culturelle hattie, des métallurgistes de la ville d’Arinna. Il semble bien que cette cité ait été le berceau d’une importante « école » de métallurgistes anatoliens. D’aucuns pourraient voir dans ce phénomène une confirmation de l’identification hypothétique d’Arinna avec le site archéologique d’Alaca Höyük, où de nombreux objets métalliques de haute qualité ont été mis au jour dans le niveau d’occupation précédant juste le début de l’Ancien Royaume hittite. Ces objets, dont les célèbres « étendards », ont été retrouvés dans des tombes « princières » et pourraient relever de la culture hattie. Nos textes se feraient ainsi l’écho de la continuation de cette tradition métallurgique locale.À côté d’Arinna, Karahna et Zippalanda sont les deux autres villes qui sont associées à des métallurgistes dans nos textes, bien que moins fréquemment.
Carlos Quiles - Academia Prisca

Post Reply